Vous utilisez une version d'Internet Explorer qui n'est pas supportée ...
Notre site nécessite l'utilisation d'une version plus récente (à partir de IE 10) ;-)

Veuillez utiliser Safari plutôt que Chrome sur Mac OS X ...
Le module 'inscription' nécessite l'utilisation du navigateur Safari ;-)

prev next
. / .
Disponible
0
0
0
complet

Jul

8

[Sudpresse] Le nouveau tracé du Namuraid a fait des heureux

écrit par marc le 08/07/2014 (source : Sudpresse)

 

Dimanche dernier était organisée la 7e édition du Namuraid sur le site de l’esplanade de la Citadelle de Namur, plus spacieux pour accueillir près de 1100 sportifs venus pour donner le meilleur d’eux-mêmes sur des épreuves enchaînées. Les Namurois Sébastien Bar et Quentin Lemineur ont eux apprécié le nouveau tracé.

 Sébastien Bar et Quentin Lemineur (Keep it Real), ont bouclé l’épreuve à la 31 e  position en 2h36’32’’.

V.L.

Sébastien Bar et Quentin Lemineur (Keep it Real), ont bouclé l’épreuve à la 31 e position en 2h36’32’’.

Les connaisseurs du Namuraid ont découvert un nouveau parcours dimanche, avec comme centre névralgique l’esplanade de la Citadelle et non plus au Grognon, comme les éditions précédentes. Les 558 équipages présents ont enchaîné 4 km de course à pied, en descendant une première fois la Citadelle, avant de la remonter par un autre versant et de la descendre une seconde fois via le Tienne des Biches. Ensuite, 4 km de kayak sur la Meuse étaient au programme, avant de partir à nouveau pour 4 km de course à pied pour gravir une nouvelle fois la Citadelle, par le Tienne Olà et d’aller rechercher le VTT au sommet pour ensuite pédaler pendant 27 km dans les bois des alentours.

Autant dire qu’il vaut mieux connaître un peu son partenaire pour s’aventurer dans une telle épreuve. Deux Namurois, Sébastien Bar et Quentin Lemineur, ont formé un duo pour la 3 e  année et cette fois fut la bonne pour eux. «  Lors des éditions précédentes, nous n’avons pas eu de chance avec nos VTT, avec chaque fois des ennuis mécaniques. J’ai personnellement investi dans une nouvelle machine et Sébastien avait bien préparé son vélo...»