Vous utilisez une version d'Internet Explorer qui n'est pas supportée ...
Notre site nécessite l'utilisation d'une version plus récente (à partir de IE 10) ;-)

Veuillez utiliser Safari plutôt que Chrome sur Mac OS X ...
Le module 'inscription' nécessite l'utilisation du navigateur Safari ;-)

prev next
. / .

Jul

8

[lavenir.net] Ludique, l’épreuve est victime de son succès

écrit par marc le 08/07/2014 (source : lavenir.net)

 

TRIATHLON - Namuraid

Ludique, l’épreuve est victime de son succès

Les favoris en première ligne dont les futurs vainqueurs et seconds.

Les favoris en première ligne dont les futurs vainqueurs et seconds.

 

La participation au Namuraid se renouvelle mais ce sont toujours les mêmes vainqueurs: le troisième succès de De Munter et de Goffinet.

D’années en années, la participation effective à ce triathlon original qu’est le Namuraid grandit : de 103 duos en 2008 à 510 l’an dernier, elle a culminé cette fois à 560 (sur les 625 inscrits). Mais si les organisateurs sont très satisfaits au terme d’une journée sans incidents majeurs - sept ou huit tandems ont certes manqué un signaleur et, en conséquence, un ravitaillement, en esquivant une partie du parcours cycliste; ils ont été disqualifiés - par contre cet afflux de participants pose un autre problème. Ils en sont certes conscients. L’échelonnement des départs, bien nécessaire, allonge la durée de l’épreuve. Comme les meilleurs partent en premier lieu et arrivent parmi les mieux classés, ils doivent attendre longtemps avant la remise des prix qui n’a lieu qu’après l’arrivée de tous les concurrents. Or, parmi ceux-ci, l’essentiel est d’accomplir le trajet, peu importe le temps qu’ils y consacrent. L’attente devient longue. Dommage pour l’organisation, des lauréats appelés au podium sont souvent absents parce qu’ils doivent trop attendre! C’est le revers de la médaille du succès!

Nous n’avons pas de solution à proposer car, si les plus lents partaient les premiers, ils risqueraint de «bouchonner» les passages étroits au détriment des meilleurs. Et fixer une limite de temps découragerait les très nombreux concurrents qui prennent tant de plaisir à disputer cette épreuve. C’est d’ailleurs une autre constatation: chaque année, si l’on revoit des duos qui visent une performance, combien d’autres ne participent-ils pas pour la première fois?

Sept participations: trois succès et quatre fois deuxième! Alain De Munter est vraiment le spécialiste car il l’a fait avec quatre équipiers différents. Blessé à la main lors d’une chute à pareil triathlon à Heer-sur-Meuse au mois de mai, il a dû être opéré et n’a repris le vélo que depuis quelques jours. Mais il est toujours la référence.

Ses dauphins de cette septième édition créent la bonne surprise puisqu’Étienne Maniquet, en superforme pour l’instant, a été bien aidé par le footballeur géant Guillaume Lambert, ne concédant que trois minutes aux vainqueurs sur les 27 km de VTT. Ils avaient réalisé le deuxième temps à l’issue de la course pédestre et le kayak derrière Nicolas Van Damme et l’ancien champion de Belgique du 1 500 m piste, Matthieu Van Diest, tout en précédant les frères Hoppe, Mathieu Piron et Michaël Sechehaye et Christopher Van Leendert avec Olivier Marroy de moins d’une minute. C’était donc serré avant la troisième partie! Piron, c’est aussi le vainqueur, la veille, d’un trail de 16 km à Herbeumont et qui s’est étonné lui-même.

Et chez les féminines, c’est également le troisième succès de la Jamboise Florence Goffinet qui a retrouvé la même compagne qu’en 2012, Françoise Jouniaux. Les deux amies se complétent bien dans les efforts. Et les dames, elles étaient 180, soit un tiers des participants, toutes souriantes à l’arrivée malgré les nombreuses côtes à avaler, à pied et en vélo.