Namuraid | le triathlon autrement ...

Vous utilisez une version d'Internet Explorer qui n'est pas supportée ...
Notre site nécessite l'utilisation d'une version plus récente (à partir de IE 10) ;-)

Veuillez utiliser Safari plutôt que Chrome sur Mac OS X ...
Le module 'inscription' nécessite l'utilisation du navigateur Safari ;-)

prev next
. / .

Jul

1

Un triptyque qui fait l'unanimité

écrit par Namuraid le 01/07/2008 (source : www.lavenir.net)

 

L'initiative enthousiasmante de Sven et Thomas Lejeune a trouvé un écho inouï de la part de Namurois avides de nouveautés et de sensations. Limiter le nombre d'équipes à une centaine, certes pour des raisons logistiques, pouvait paraître un rien prétentieux. Et pourtant ce sont 103 duos qui ont pris le départ de ce triathlon de formule originale. Une centaine d'autres figuraient sur une liste des réserves possibles. Ainsi, la proposition d'enfiler 8 km de course à pied, de naviguer en kayak sur la Meuse et de se farcir une vingtaine de kilomètres en VTT sur les contreforts mosans de la Citadelle et de Profondevillle avait de quoi séduire.

Une température idéale pour fournir un tel triple effort a naturellement boosté le succès de ce premier Namuraid initié par des organisateurs qui ont osé entreprendre et qui se sont entourés de la logistique indispensable puisée dans le réservoir de jeunes du Royal Sambre-et-Meuse club nautique (RSMCN). Les félicitations de l'échevin des sports namurois, Maxime Prévot, lors de la remise des prix étaient largement méritées. Et les Lejeune d'envisager de «doubler la participation l'an prochain», ce qui fera certainement beaucoup d'heureux.

Car ce triathlon de formule nouvelle dans le Namurois a attiré ce que l'on peut qualifier de sportifs amateurs, c'est-à-dire très heureux de participer à ces trois disciplines que sont la course à pied, le kayak sur la Meuse et une exploration vététiste dans les bois encerclant la citadelle et surplombant Profondeville et Wépion.

Mais certains compétiteurs camouflés derrière des appellations fantaisistes nourrissaient d'autres ambitions : réussir une performance. L'astuce d'un départ minute après minute, afin d'éviter les encombrements ou autres téléscopages, ne permettait pas très facilement d'établir une hiérarchie très précise au fil de l'épreuve, d'où l'obligation de donner le maximum à chaque instant. L'expérience de certains prétendants a pourtant joué. «Avoir suffisamment de concurrents avant nous pour qu'ils nous servent de lièvres et de repères», voilà la théorie projetée par le triathlonien wépionnais Philippe Deneyer et son fils Olivier. Deux sportifs habitués au triple effort même si «du kayak, nous n'en avions jamais fait, sauf une petite sortie la semaine précédente avec l'amabilité du club nautique local», avouait le vainqueur. Tout s'est bien passé puisqu'ils ont gagné. Et pourtant si l'écart avec les seconds est assez net, c'est parce que la paire Pascal Vanderveken - Éric Brossard sous le maillot d'Offrez-moi la lune a perdu du temps avec une crevaison à quelques kilomètres du but. Ils étaient aussi de sérieux candidats à la victoire qui ont conservé le premier accessit devant un duo bruxellois très fort également.

L'ambiance qui régna tout au long de la journée plaide pour une réédition avec le même engouement de bénévoles de la jeunesse wépionnaise.