Vous utilisez une version d'Internet Explorer qui n'est pas supportée ...
Notre site nécessite l'utilisation d'une version plus récente (à partir de IE 10) ;-)

Veuillez utiliser Safari plutôt que Chrome sur Mac OS X ...
Le module 'inscription' nécessite l'utilisation du navigateur Safari ;-)

prev next
. / .

Jun

23

Le Namuraid va faire très mal

écrit par Florence Goffinet le 23/06/2017 (source : SudPresse)

 

Le Namuraid va faire très mal 

Le parcours VTT risque de faire souffrir les sportifs ce dimanche 

 
FLORENCE GOFFINET

Les escaliers de la Tienne Hôla, un calvaire qui s’annonce pour les concurrents.

fg

Le Namuraid, épreuve phare organisée à Namur et associant course à pied, kayak et VTT, soufflera ses 10 bougies. Une organisation qui a évolué et grandi au fil des années et qui accueillera dimanche plus de 1150 duos. Pour cette dixième édition, le circuit VTT sera largement modifié et risque de faire mal aux jambes.  
  •  
  •  
Voici dix ans, une bande de copains décidait d’organiser une épreuve atypique dans la région. La première année, 102 équipages avaient répondu à l’appel. Aujourd’hui, ils peuvent être fiers de leur bébé qui a bien grandi et qui réunira dimanche plus de 2200 concurrents.
Au fil du temps, l’épreuve a été quelque peu transformée, toujours en gardant l’association des trois épreuves, mais en doublant la course à pied en 2014, lorsque le site de départ et d’arrivée a été transféré à l’esplanade de la Citadelle. Le parcours VTT a également été modifié et s’est vu endurci au cours des années. Dimanche, France Kinique, Alain Trullemans et bien d’autres partiront pour cette nouvelle aventure. Ces deux sportifs sont allés en repérage, comme beaucoup d’autres. « Je n’ai jamais participé au Namuraid. Avec la vie de famille, je ne parvenais pas à dégager assez de temps pour le sport, mais depuis ma séparation, je profite de la semaine où je n‘ai pas mes enfants », confie France, 36 ans.
Habitant à deux pas de la Citadelle, la Namuroise a repéré le parcours VTT à trois reprises, avec des adaptations au fur et à mesure des nouveaux échos sur le tracé. Pour France qui a débuté le VTT voici six mois, le parcours n’est pas évident, mais reste accessible. « Grâce aux conseils d’Alain, qui est un sportif expérimenté, je suis assez rassurée et j’aborderai le parcours sereinement. L’étape Tienne Maquet et Tienne Hôla me fait plus peur et je pense que c’est le cas de pas mal d’autres filles », explique France. Les vététistes devront effectivement descendre la Tienne Maquet, une pente dans les bois assez raide et comportant en seconde partie des pierres et autres petits pièges.
Une fois en bas, à La Plante, ils devront remonter Tienne Hôla en passant par le chemin des Vignobles et ses escaliers, où porter le vélo sera inévitable. « Le final sera vraiment hard, car nous aurons déjà la course à pied, le kayak et une grosse partie du VTT dans les pattes. Il faudra aussi combiner avec la chaleur et la masse de sportifs qui seront au même endroit, ça risque de bouchonner. »
« Cela va surprendre les amateurs »
Pour France et sa partenaire du jour, Nathalie Simon, l’objectif sera avant tout de prendre du plaisir et de découvrir la discipline et l’ambiance d’une course. La vision d’Alain Trullemans sera autre. Ce sportif émérite a déjà participé à une édition du Namuraid et avec son coéquipier du jour, Jacques Meugens, le chrono sera visé. « Avant de recevoir le tracé du nouveau parcours, nous sommes allés repérer l’ancien, que je connaissais donc. Je suis étonné du changement pour cette année, car enchaîner ces deux grosses difficultés dans le final risque d’en surprendre plus d’un, surtout du côté des amateurs », explique Alain.
Pour les sportifs du dimanche, le Namurois espère même que le tracé fourni par les organisateurs est un leurre, même si pour lui, vététiste confirmé, le parcours aurait pu être plus technique. « Le Namuraid se veut une épreuve accessible, les organisateurs doivent en tenir compte. Je pense que le choix du final a été tributaire d’autorisations non reçues pour circuler à vélo le long de la chaussée de Dinant », conclut Alain.
Les inscriptions ne sont plus possibles.